06/09/2010

Histoire et patrimoine de villes - le - Temple

aff patrimoine.GIF

  

Icar 


Agrandir le plan

 

hollande

 

Cartes Postales Collection  Librairie Noel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

               

 

 

 

 

 

 Nouvelle campagne de sécurité

camp de sécurité

 

 

 

 

 

 

1       2 
villers le temple balade
Extrait  Vidéo
I.van de Mortel
Le chat

 

 Activités du week-end      Activités du week-end

 

 

 
 

 

dyn009_original_799_105_pjpeg_2542836_9a966c2c96cc955e14945a0ad8149031

 

 
   chat

 

 

 


envoyé par
sinandr

envoyé par si-nandrin

Infos: plus   http://agendasi.skynetblogs.be//index.html                  .

 

      

 

 

              chat Le chat

                          
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

  

                       
  
 

 

Des fouilles archéologiques ont démontré que le territoire de Villers-le-Temple était déjà fréquenté à l’époque du néolithique (de 5000 à 2000 av. J.-C.).

Villers-le-Temple tient son nom de deux grands événements historiques : la romanisation et l’installation d’une Commanderie de l’ordre du Temple. Situé à proximité de la voie romaine allant de Tongres à Arlon, ce qui devait être un modeste hameau a vu s’installer une villa romaine qui lui a donné le patronyme de "Villers" qui deviendra, d’après certains documents "Villers en Liège" et aussi "Villers en Condroz". En 1118, lors de la première croisade, huit chevaliers compagnons de Godefroy de Bouillon fondent à Jérusalem, une Maison de l’ordre du Temple ainsi dénommée parce qu’elle jouxtait le Temple de Salomon. Cet ordre religieux et militaire dit "des Templiers", avait pour mission de garder les Lieux Saints.

Vers 1260, le chevalier de l’ordre du Temple, Gérars de Villers, fait construire sur – pense-t-on – le site de l’ancienne villa romaine, ce qui deviendra la plus importante Commanderie de la Province de Liège actuelle. C’est à ce site historique que Gérars de Villers a véritablement donné ses lettres de noblesse.

Le frère Gérars décède le 28 février 1273, sa pierre tombale, gisant du défunt, est précieusement conservée sur le mur gauche de l’entrée de l’église Saint-Pierre.

               

 L’église Saint-Pierre.

 

         
    
 
   Pierre tombale, gisant du défunt

 


En 1312, l’ordre du Temple est supprimé sur ordre du pape Clément V. Les chevaliers de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem appelés par la suite ordre de Rhodes puis ordre de Malte prennent possession des biens des Templiers. Ils s’installent à Villers-le-Temple jusqu’à la Révolution française. Vingt-quatre Commandeurs vont s’y succéder, ils étaient tous français. Demeurant généralement à Paris, ils déléguaient leur pouvoir à des subalternes.

 

Villers en Liège va bientôt devenir Villers-les-Temples, Vilé-les-Timpes pour finir Villers-le-Temple.

 

                                .Villers-le-Temple  

Villers-le-Temple Commanderie de Villers : le domaine est échangé avec l'abbaye de Flône par Gérard de Villiers, chevalier de l'ordre du Temple. En 1312, lors de la dissolution de l'ordre, les biens passent aux chevaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. L'éloignement du pouvoir central, (les administrateurs résident le plus souvent à Paris) font qu'à la Révolution, il ne reste plus que des ruines de la puissante commanderie.

Aujourd'hui, on peut encore voir deux tours, le mur d'enceinte, les communs transformés en habitations (domaine privé) après avoir été un hôtel-restaurant de luxe ainsi que l'église fondée en 1260 avec de nombreux ajouts dont une décoration baroque (aux environs de 1760), don du commandeur de l'époque, Laure le Tonnelier de Breteuil                                             

Manoir de la Tour : donjon médiéval auquel on a adjoint au XVIe siècle, un logis rectangulaire.


 


Photo Roger Ringlet

Villers-le-Temple

Ce cadran vertical se trouve sur la façade sud du restaurant "La Chanterelle", à Villers-le-Temple. Le bâtiment est en pierre du pays et date du 18me siècle.
Les heures indiquées vont de 6 à 18, et ce en chiffres romains. Ce cadran ne fonctionne malheureusement plus, le style ne visant pas du tout l'étoile polaire.

Ses coordonnées: Long.E 5°22'33" Lat.N 50°30'30"

 


Photo Roger Ringlet


Villers-le-Temple

Ce cadran vertical se trouve sur la façade sud du restaurant "La Chanterelle", à Villers-le-Temple. Le bâtiment est en pierre du pays et date du 18me siècle.
Les heures indiquées vont de 6 à 18, et ce en chiffres romains. Ce cadran ne fonctionne malheureusement plus, le style ne visant pas du tout l'étoile polaire.

Ses coordonnées: Long.E 5°22'33" Lat.N 50°30'30"

              
 

 

     

                                                 

 



     

   

 


    > Des tours                        .
 

Vestiges de la Commanderie (Enceinte classée)
De la destruction du château subsistent deux tours et une troisième tronquée au pied desquelles il est possible de visiter des souterrains.

La Tour Malherbe                             

 


Située à l’extrémité nord du village, la "Toûr Måles Yèbes" (= Tour aux mauvaises herbes) est une habitation d’origine médiévale. Elle est entourée d’un ensemble de bâtiments des XVIe et XVIIe siècles. Le tout constitue un hameau au pied du hameau de France.

 

   > Des fermes.                            

 

La fin du XXe siècle a vu la disparition de plusieurs fermes. De celles restantes subsiste notamment

La ferme de l’Abbaye (Bâtiment classé)
C’est une ancienne dépendance de l’abbaye cistercienne du Val Notre-Dame à Antheit près de Huy. Magnifique exploitation agricole du XVIIIe siècle, elle marque l’entrée du hameau de Clémodeau.

 

              

   > Des châteaux.                                

La Commanderie (Enceinte classée)         


Du château, il ne subsiste aujourd’hui, suite à sa destruction au milieu du XIXe siècle, que deux tours et une troisième tronquée, ainsi que des souterrains. L’enceinte et la basse-cour (ferme) restent bien conservées. Sa construction date de 1260 sur l’initiative de Gérars de Villers, chevalier de l’Ordre du Temple et premier Commandeur. Une des tours toujours dressées a été reconstruite en pierre et briques sous le Commandeur français de l’Ordre de Malte, Jacques-Laure le Tonnelier de Breteuil (1756-1787). Le château était dédié comme la plupart des Commanderies, à Notre-Dame.

Gravure des alentours de la Commanderie
 
                                               
                                                      

La Tour au Bois (Bâtiment classé)
Magnifique château construit entre 1791 et 1801 pour le compte de Jean Théodore Rome dernier administrateur des biens de la Commanderie. Il s’étend sur 11 hectares. Son nom n’a rien à voir avec un lieu planté d’arbres, mais bien du nom de la famille qui occupait l’édifice (1454) que le château actuel a remplacé, il s’appelait "Boys". Il possède deux particularités : fréquentes dans les villes mais exceptionnelles à la campagne, deux portes cochères permettaient l’entrée des calèches dans le bâtiment puis leur sortie à l’arrière du château vers le parc, une chaudière dans les caves assurait le chauffage dans tout le bâtiment. A remarquer le fronton triangulaire orné d’aigles en plâtre entre des cornes d’abondance et certaines fenêtres peintes en trompe-l’œil pour assurer la symétrie. L’entrée dans la propriété se fait par une magnifique drève plantée de tilleuls.                     

Photo de La Tour au Bois
                  

                                                      

 

La gentilhommière
Datée du début du XIXe siècle, elle est flanquée d’annexes en moellons de grès du XVIIIe siècle.

                                            

 

Le Manoir de la Tour (Bâtiment classé)    
 


Aussi dénommé Château de la Brasserie parce qu’à l’entrée du domaine s’était installée en 1880, une brasserie. Il se compose d’un donjon datant de la seconde moitié du XIIe siècle qui dépendait de la cour féodale de Liège et de la cour censale de Villers. A la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle lui fut adjoint un corps de logis. On raconte que Gérars de Villers aurait occupé le donjon en attendant la fin de la construction de la Commanderie.

                                               

 

    Des moulins.                
 



Quatre moulins à eau ont été présents à Villers-le-Temple, à l’Armoulin (possession de la Commanderie) à part le bâtiment transformé, il ne subsiste aucune trace, de ceux d’Hoboval (XVIIIe siècle) et du Neumoulin (XVIIIe siècle, dépendance de la Commanderie), on peut encore voir la roue, quant au

    

                                                

 

Moulin de la Forge           
 
 


Sa restauration en 1996 permet aux visiteurs de découvrir le mécanisme au travail et comment le grain devenait farine au temps de nos aïeux. Petite usine de la seconde moitié du XVIIIe siècle, à la fois pressoir à l’huile et fouloir, elle fut transformée en moulin à grain à la fin du XIXe siècle et cessa ces activités vers 1959.

 

 

L’église Saint-Pierre (Bâtiment classé)     


Antérieure à 1260, elle est restée à travers les siècles, l’église paroissiale dont le curé jusqu’à la Révolution française était désigné par le Commandeur. Du premier édifice, subsiste le noyau de la tour recouvert d’un parement en 1771. L’édifice actuel est le résultat des travaux d’agrandissement et de la réalisation de la magnifique décoration intérieure dus au mécénat du Commandeur Jacques-Laure le Tonnelier de Breteuil (1723 – 1785) et surtout à l’importante contribution des paroissiens entre 1757 et 1764. L’église a connu une dernière restauration importante en 1972. Dans le mur gauche de l’entrée est encastrée la pierre tombale de Gérars de Villers.
 
                                     

Les Rochettes        

 

Massif rocheux surplombant la vallée du Neumoulin. Un alignement de roches taillées datant du néolithique y fut découvert.
Le musée Curtius de Liège possède des centaines d’objets de la période préhistorique, surtout des outils, attestant une occupation de la commune aux époques néolithique (de -5000 à -2000) et chalcolithique (jusqu’en -1800). Mais c’est surtout à Villers-le-Temple que l’on en a retrouvé. En effet, il apparaît désormais comme certain que l’emplacement actuel occupé par le village a été habité dès l’époque néolithique. On y a aussi découvert un alignement de roches taillées de cette époque au lieu-dit « La Rochette ».
 

Le Réseau Natura 2000 se met en place.


Le réseau européen Natura 2000, dont le but essentiel est de transmettre aux générations futures le patrimoine naturel européen dans un bon état de conservation, se met progressivement en place.
La ville de Seraing est concernée. Le travail scientifique de délimitation précise des habitats naturels et des populations d'espèces vient de débuter par la mise en place d'une équipe de spécialistes récemment recrutés par la Région Wallonne.
Pour connaître les limites exactes des sites actuellement visités par ces derniers, il vous est possible de consulter aux valves communales, la carte reprenant ces contours, ainsi que les contours des sites qui seront inventoriés ultérieurement.
Par ailleurs, à l'initiative de la Direction Générale des Ressources Naturelles et de l'Environnement, tous les propriétaires et occupants directement concernés par les sites Natura 2000 seront conviés, en automne prochain, à une séance d'information spécifique destinée à leur expliquer les objectifs poursuivis par l'établissement du réseau Natura 2000, la méthodologie suivie pour cartographier les habitats naturels à conserver et à présenter les équipes chargées de réaliser les inventaires scientifiques, etc.
Pour rappel, toutes les informations relatives à l'établissement du réseau Natura 2000 en Région wallonne sont également accessibles aux adresses internet suivantes:
http://mrw.wallonie.be/dgrne/sibw/sites/Natura2000/home.html : informations générales + liste des sites

http://mrw.wallonie.be/dgrne/cartodnf/ : informations cartographiques
Vous pouvez aussi vous renseigner auprès des services extérieurs de la Division de la Nature et des Forêts, c'est à dire, en ce qui concerne notre commune, la Direction de LIEGE au numéro de téléphone suivant:
04 224 58 70

                                       

  > Des carrières

La carrière du Soleil
Son exploitation a cessé au début des années 1990.

 

                                             

 

La carrière de la Lune    


Inexploitée depuis plusieurs années, elle présente un site de toute beauté.

 

 

 


 

 

 

 

          

                Chevalier de la fin du XIème siècle
                                                                             Templier
Chevalier du XIIIème siècle
Chevalier de la fin du XIVème siècle
Armure Française du XVème siècle
Armure Milanaise du XVème siècle             
Homme d'armes du XVème siècle
 
 
                                                                               

                   

 

 

     Merci pour votre visite    Merci pour votre visite   Merci pour votre visite

<< Retour      

 

Mise à jour

18.10.2008

Mise à jour le 18/10/2008 Icar

 


  

Icar 

 

 On le sait que fort bien... les images sont souvent bien plus puissantes que les mots.

               

48         &nb...

   

                                              

 


Agrandir le plan

 

hollande

 

Cartes Postales Collection  Librairie Noel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

               

 

 

 

 

 Activités du week-end en Images      Activités du week-end en Images

 

 Infos++ http:

 

Malherbe Nadine
Rue de Frérissart 9 - Nandrfn (Vfllers le Temple). Venez participer à l'évolution de créations à partir de bois abandonné auquel on redonne vie, formes et couleurs avant de le mettre en valeur sur des supports insolites et parfois même dans une peinture contemporaine. Ve Sa Di 10-18h. Gratuit. Sans rdv. Infos:
0494/08 94 62

VALB-06-04629-LogoWE-VC-030806         

Promenade nature sur le site de La Rochette
Rue de la Forge 12 - Nondrin (Vtllers te Temple). Promenade en forêt à la découverte d'un site naturel extraordinaire. Ve Sa Di 9-17h30. Gratuit Sans rdv. Infos : 085/S13761
VALB-06-04629-LogoWE-VC-030806 


VALB-06-04629-LogoWE-VC-030806

 

 

Les 17 . 18 . 19  OCTOBRE 2008 

 

 
boul neig Coup de coeurcoup_de_coeur_12
Icar  
Françoise  VASANNE
L' éveil de la conciences techniques mixtes
Tél / cellulaire (o)472.9555.822

 
 

 

 Nouvelle campagne de sécurité

camp de sécurité

 

 

 

 

 

 

1       2 
villers le temple balade
Extrait  Vidéo
I.van de Mortel
Le chat

 

 Activités du week-end      Activités du week-end

 

 

 
 

 

dyn009_original_799_105_pjpeg_2542836_9a966c2c96cc955e14945a0ad8149031

 

 
   chat

 

 

 


envoyé par
sinandr

envoyé par si-nandrin

Infos: plus   http://agendasi.skynetblogs.be//index.html                  .

 

      

 

 

              chat Le chat
                          
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

  

                       
  
 

 

Des fouilles archéologiques ont démontré que le territoire de Villers-le-Temple était déjà fréquenté à l’époque du néolithique (de 5000 à 2000 av. J.-C.).

Villers-le-Temple tient son nom de deux grands événements historiques : la romanisation et l’installation d’une Commanderie de l’ordre du Temple. Situé à proximité de la voie romaine allant de Tongres à Arlon, ce qui devait être un modeste hameau a vu s’installer une villa romaine qui lui a donné le patronyme de "Villers" qui deviendra, d’après certains documents "Villers en Liège" et aussi "Villers en Condroz". En 1118, lors de la première croisade, huit chevaliers compagnons de Godefroy de Bouillon fondent à Jérusalem, une Maison de l’ordre du Temple ainsi dénommée parce qu’elle jouxtait le Temple de Salomon. Cet ordre religieux et militaire dit "des Templiers", avait pour mission de garder les Lieux Saints.

Vers 1260, le chevalier de l’ordre du Temple, Gérars de Villers, fait construire sur – pense-t-on – le site de l’ancienne villa romaine, ce qui deviendra la plus importante Commanderie de la Province de Liège actuelle. C’est à ce site historique que Gérars de Villers a véritablement donné ses lettres de noblesse.

Le frère Gérars décède le 28 février 1273, sa pierre tombale, gisant du défunt, est précieusement conservée sur le mur gauche de l’entrée de l’église Saint-Pierre.

               

 L’église Saint-Pierre.

 

         
    
 
   Pierre tombale, gisant du défunt

 


En 1312, l’ordre du Temple est supprimé sur ordre du pape Clément V. Les chevaliers de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem appelés par la suite ordre de Rhodes puis ordre de Malte prennent possession des biens des Templiers. Ils s’installent à Villers-le-Temple jusqu’à la Révolution française. Vingt-quatre Commandeurs vont s’y succéder, ils étaient tous français. Demeurant généralement à Paris, ils déléguaient leur pouvoir à des subalternes.

 

Villers en Liège va bientôt devenir Villers-les-Temples, Vilé-les-Timpes pour finir Villers-le-Temple.

 

                                .Villers-le-Temple  

Villers-le-Temple Commanderie de Villers : le domaine est échangé avec l'abbaye de Flône par Gérard de Villiers, chevalier de l'ordre du Temple. En 1312, lors de la dissolution de l'ordre, les biens passent aux chevaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. L'éloignement du pouvoir central, (les administrateurs résident le plus souvent à Paris) font qu'à la Révolution, il ne reste plus que des ruines de la puissante commanderie.

Aujourd'hui, on peut encore voir deux tours, le mur d'enceinte, les communs transformés en habitations (domaine privé) après avoir été un hôtel-restaurant de luxe ainsi que l'église fondée en 1260 avec de nombreux ajouts dont une décoration baroque (aux environs de 1760), don du commandeur de l'époque, Laure le Tonnelier de Breteuil                                             

Manoir de la Tour : donjon médiéval auquel on a adjoint au XVIe siècle, un logis rectangulaire.


 


Photo Roger Ringlet

Villers-le-Temple

Ce cadran vertical se trouve sur la façade sud du restaurant "La Chanterelle", à Villers-le-Temple. Le bâtiment est en pierre du pays et date du 18me siècle.
Les heures indiquées vont de 6 à 18, et ce en chiffres romains. Ce cadran ne fonctionne malheureusement plus, le style ne visant pas du tout l'étoile polaire.

Ses coordonnées: Long.E 5°22'33" Lat.N 50°30'30"

 


Photo Roger Ringlet


Villers-le-Temple

Ce cadran vertical se trouve sur la façade sud du restaurant "La Chanterelle", à Villers-le-Temple. Le bâtiment est en pierre du pays et date du 18me siècle.
Les heures indiquées vont de 6 à 18, et ce en chiffres romains. Ce cadran ne fonctionne malheureusement plus, le style ne visant pas du tout l'étoile polaire.

Ses coordonnées: Long.E 5°22'33" Lat.N 50°30'30"

              
 

 

     

                                                 

 



     

   

 


    > Des tours                        .
 

Vestiges de la Commanderie (Enceinte classée)
De la destruction du château subsistent deux tours et une troisième tronquée au pied desquelles il est possible de visiter des souterrains.

La Tour Malherbe                             

 


Située à l’extrémité nord du village, la "Toûr Måles Yèbes" (= Tour aux mauvaises herbes) est une habitation d’origine médiévale. Elle est entourée d’un ensemble de bâtiments des XVIe et XVIIe siècles. Le tout constitue un hameau au pied du hameau de France.

 

   > Des fermes.                            

 

La fin du XXe siècle a vu la disparition de plusieurs fermes. De celles restantes subsiste notamment

La ferme de l’Abbaye (Bâtiment classé)
C’est une ancienne dépendance de l’abbaye cistercienne du Val Notre-Dame à Antheit près de Huy. Magnifique exploitation agricole du XVIIIe siècle, elle marque l’entrée du hameau de Clémodeau.

 

              

   > Des châteaux.                                

La Commanderie (Enceinte classée)         


Du château, il ne subsiste aujourd’hui, suite à sa destruction au milieu du XIXe siècle, que deux tours et une troisième tronquée, ainsi que des souterrains. L’enceinte et la basse-cour (ferme) restent bien conservées. Sa construction date de 1260 sur l’initiative de Gérars de Villers, chevalier de l’Ordre du Temple et premier Commandeur. Une des tours toujours dressées a été reconstruite en pierre et briques sous le Commandeur français de l’Ordre de Malte, Jacques-Laure le Tonnelier de Breteuil (1756-1787). Le château était dédié comme la plupart des Commanderies, à Notre-Dame.

Gravure des alentours de la Commanderie
 
                                               
                                                      

La Tour au Bois (Bâtiment classé)
Magnifique château construit entre 1791 et 1801 pour le compte de Jean Théodore Rome dernier administrateur des biens de la Commanderie. Il s’étend sur 11 hectares. Son nom n’a rien à voir avec un lieu planté d’arbres, mais bien du nom de la famille qui occupait l’édifice (1454) que le château actuel a remplacé, il s’appelait "Boys". Il possède deux particularités : fréquentes dans les villes mais exceptionnelles à la campagne, deux portes cochères permettaient l’entrée des calèches dans le bâtiment puis leur sortie à l’arrière du château vers le parc, une chaudière dans les caves assurait le chauffage dans tout le bâtiment. A remarquer le fronton triangulaire orné d’aigles en plâtre entre des cornes d’abondance et certaines fenêtres peintes en trompe-l’œil pour assurer la symétrie. L’entrée dans la propriété se fait par une magnifique drève plantée de tilleuls.                     

Photo de La Tour au Bois
                  

                                                      

 

La gentilhommière
Datée du début du XIXe siècle, elle est flanquée d’annexes en moellons de grès du XVIIIe siècle.

                                            

 

Le Manoir de la Tour (Bâtiment classé)    
 


Aussi dénommé Château de la Brasserie parce qu’à l’entrée du domaine s’était installée en 1880, une brasserie. Il se compose d’un donjon datant de la seconde moitié du XIIe siècle qui dépendait de la cour féodale de Liège et de la cour censale de Villers. A la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle lui fut adjoint un corps de logis. On raconte que Gérars de Villers aurait occupé le donjon en attendant la fin de la construction de la Commanderie.

                                               

 

    Des moulins.                
 



Quatre moulins à eau ont été présents à Villers-le-Temple, à l’Armoulin (possession de la Commanderie) à part le bâtiment transformé, il ne subsiste aucune trace, de ceux d’Hoboval (XVIIIe siècle) et du Neumoulin (XVIIIe siècle, dépendance de la Commanderie), on peut encore voir la roue, quant au

    

                                                

 

Moulin de la Forge           
 
 


Sa restauration en 1996 permet aux visiteurs de découvrir le mécanisme au travail et comment le grain devenait farine au temps de nos aïeux. Petite usine de la seconde moitié du XVIIIe siècle, à la fois pressoir à l’huile et fouloir, elle fut transformée en moulin à grain à la fin du XIXe siècle et cessa ces activités vers 1959.

 

 

L’église Saint-Pierre (Bâtiment classé)     


Antérieure à 1260, elle est restée à travers les siècles, l’église paroissiale dont le curé jusqu’à la Révolution française était désigné par le Commandeur. Du premier édifice, subsiste le noyau de la tour recouvert d’un parement en 1771. L’édifice actuel est le résultat des travaux d’agrandissement et de la réalisation de la magnifique décoration intérieure dus au mécénat du Commandeur Jacques-Laure le Tonnelier de Breteuil (1723 – 1785) et surtout à l’importante contribution des paroissiens entre 1757 et 1764. L’église a connu une dernière restauration importante en 1972. Dans le mur gauche de l’entrée est encastrée la pierre tombale de Gérars de Villers.
 
                                     

Les Rochettes        

 

Massif rocheux surplombant la vallée du Neumoulin. Un alignement de roches taillées datant du néolithique y fut découvert.
Le musée Curtius de Liège possède des centaines d’objets de la période préhistorique, surtout des outils, attestant une occupation de la commune aux époques néolithique (de -5000 à -2000) et chalcolithique (jusqu’en -1800). Mais c’est surtout à Villers-le-Temple que l’on en a retrouvé. En effet, il apparaît désormais comme certain que l’emplacement actuel occupé par le village a été habité dès l’époque néolithique. On y a aussi découvert un alignement de roches taillées de cette époque au lieu-dit « La Rochette ».
 

Le Réseau Natura 2000 se met en place.


Le réseau européen Natura 2000, dont le but essentiel est de transmettre aux générations futures le patrimoine naturel européen dans un bon état de conservation, se met progressivement en place.
La ville de Seraing est concernée. Le travail scientifique de délimitation précise des habitats naturels et des populations d'espèces vient de débuter par la mise en place d'une équipe de spécialistes récemment recrutés par la Région Wallonne.
Pour connaître les limites exactes des sites actuellement visités par ces derniers, il vous est possible de consulter aux valves communales, la carte reprenant ces contours, ainsi que les contours des sites qui seront inventoriés ultérieurement.
Par ailleurs, à l'initiative de la Direction Générale des Ressources Naturelles et de l'Environnement, tous les propriétaires et occupants directement concernés par les sites Natura 2000 seront conviés, en automne prochain, à une séance d'information spécifique destinée à leur expliquer les objectifs poursuivis par l'établissement du réseau Natura 2000, la méthodologie suivie pour cartographier les habitats naturels à conserver et à présenter les équipes chargées de réaliser les inventaires scientifiques, etc.
Pour rappel, toutes les informations relatives à l'établissement du réseau Natura 2000 en Région wallonne sont également accessibles aux adresses internet suivantes:
http://mrw.wallonie.be/dgrne/sibw/sites/Natura2000/home.html : informations générales + liste des sites

http://mrw.wallonie.be/dgrne/cartodnf/ : informations cartographiques
Vous pouvez aussi vous renseigner auprès des services extérieurs de la Division de la Nature et des Forêts, c'est à dire, en ce qui concerne notre commune, la Direction de LIEGE au numéro de téléphone suivant:
04 224 58 70

                                       

  > Des carrières

La carrière du Soleil
Son exploitation a cessé au début des années 1990.

 

                                             

 

La carrière de la Lune    


Inexploitée depuis plusieurs années, elle présente un site de toute beauté.

 

 

 


 

 

 

 

          

                Chevalier de la fin du XIème siècle
                                                                             Templier
Chevalier du XIIIème siècle
Chevalier de la fin du XIVème siècle
Armure Française du XVème siècle
Armure Milanaise du XVème siècle             
Homme d'armes du XVème siècle
 
 
                                                                               

                   

 

 

     Merci pour votre visite    Merci pour votre visite   Merci pour votre visite

<< Retour      

 

Mise à jour

11:25 Écrit par lechat dans Histoire et Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/09/2010

Viller-le-Temple son Histore

20:17 Écrit par lechat dans tourisme si nandrin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |